SAUV'Energies :

Améliorer le confort thermique de votre habitation

- bilan thermique, réduire sa facture d'énergie, Grenoble (Isère).

Améliorer mon confort thermique :

 
La sensation de confort thermique est variable selon les individus. Dans tous les cas, elle se traduit plutôt par une notion d'inconfort:

  • courant d'air non contrôlé (défaut d'étanchéité des ouvrants, des appareillages électriques encastrés...)
  • parois froides (faiblesse, défaut ponctuel, ou tassement d'isolation)
  • plancher froid (faiblesse, défaut ponctuel d'isolation)
  • plafond froid (faiblesse, défaut ponctuel, ou tassement d'isolation).

(Ces sensations d'inconfort hivernal s'inversent bien souvent en été et deviennent à nouveau de l'inconfort.)

La stratification de la chaleur par convection naturelle (tête chaude et pieds froids) accompagnée par le phénomène de conduction du plancher froid, accentuée par le rayonnement des parois froides et des courants d'air non contrôlés résument notre inconfort.

L'augmentation de la température ambiante augmentera le montant de la facture de chauffage sans supprimer notre inconfort. De plus, une augmentation trop importante de cette température ambiante par rapport au bati sera source d'humidité.

Une rénovation énergétique doit prendre en compte tous ces phénomènes: les traiter partiellement pourrait être néfaste pour l'occupant et le bati, malgré les investissements.

Le confort thermique en chiffres

On parle de confort thermique quand le lieu dans lequel on se trouve répond aux caractéristiques suivantes :

  • L’écart de température entre les parois et l’air ambiant n’est pas supérieur à 5°C.
  • La température de l’air est au environ de 19°C à 20°C (l’hiver), et de 25°C l’été. Si la température extérieure est supérieure à 30°C, il faudra un écart de - 5°C pour se sentir bien.
  • Le taux d’humidité relatif de l’air intérieur est compris entre 40% et 60%.
  • La chaleur ne s’est pas stratifiée, une variation de 1°C par mètre de hauteur est le maximum.
  • Les surfaces émettrices rayonnantes ne dépassent pas 24°C pour les sols et 27°C pour les plafonds et les murs
  • La vitesse de l’air ne dépasse pas 0.3 m/s.
  • La température du sol doit pouvoir être maintenue supérieure à 17°C, en tous les cas supérieure à 15°C.